Archives de catégorie : Cours dessin peinture adulte

contenu pédagogique, techniques proposées, photos des œuvres des élèves

Chemin vers l’abstraction

Nicole , élève adulte de l’atelier, est arrivée avec un solide bagage technique en peinture figurative (copie de maîtres, portraits, icônes)

avec un projet bien défini : peindre des toiles abstraites

Mais comment se lancer ?

Je l’ai accompagné étapes après étapes et maintenant elle est autonome et a retrouvé le plaisir de peindre !

Voici son témoignage :

« Merci à Séverine, qui m’a redonné le goût de la peinture et surtout pour m’avoir accompagné vers l’abstraction .

Cette belle personne a une façon tellement pédagogique et artistique que tout parait simple »

Exposition des œuvres des élèves !

L’atelier Mimi Vermicelle expose pour la 1ère fois les œuvres de ses élèves enfants et adultes

du 8 au 24 mai 2018

Vitrines des halles de Savenay

9h-19h

Vous pourrez y admirer les réalisations  des enfants ( 6 -10 ans) des « mercredis créatifs »

les dessins des adolescents

les peintures et mosaïques des adultes


Suivez l’actualité de l’atelier sur la page facebook !

Un bon exercice : le croquis de vacances !

croquis de vacances et passage par L’ Ardèche et Vallon Pont d’arc…

 
 
Dessin au crayon graphite sur papier

Un exercice que j’aime pratiquer pendant les vacances…

 
Besoin de peu de matériel glissé dans une valise: crayon de bois, gomme, boite d’aquarelle, un stylo bic noir (eh oui ! pas mal pour rehausser quelques dessins esquissés au sépia)  et du papier …

Croquis de la face arrière de la Cathédrale de Brioude (43), crayon bic noir et encre sépia
Croquis de la Halle aux grains de Brioude, 2013
Village d’Auzay en Vendée

L’intérêt du croquis est de saisir la composition générale de l’endroit, son ambiance sans s’appesantir sur les détails.

 
Un bon croquis ne doit pas durer plus d’une demie-heure !

Journées du fait-main à l’atelier

 Instaurées en 2011 par le site A little Market avec le soutien de sa communauté de créateurs, l’événement « Les Journées du Fait Main«  est devenu le rendez-vous annuel incontournable dédié à la création et au savoir-faire français.

Depuis maintenant 6 ans, cet événement qui se déroule partout en France de manière simultanée offre aux créateurs de la communauté d’a little Market l’occasion d’organiser des expo-ventes, des ateliers créatifs ou encore des démonstrations de leur savoir-faire au sein même de leur région avec le soutien du site (guides, mises en relation entre créateurs organisateurs et créateurs exposants, communication, supports, goodies…).  

Ce qui en fait à la fois un événement local et national

Les objectifs : 

Valoriser la création et l’artisanat français

À travers une manifestation ayant à la fois, une envergure nationale mais aussi locale

Sensibiliser aux différents savoir-faire

En permettant aux visiteurs de découvrir des créations uniques et originales près de chez eux

Créer des échanges et des rencontres

Entre créateurs locaux afin d’encourager les initiatives et ainsi favoriser la création de liens

Les journées du fait-main à l’atelier, un événement festif !

A LITTLE MARKET.COM

Lancée en 2008 par Nicolas Cohen et Nicolas d’Audiffret, A little Market est la première plateforme française qui permet à des centaines de milliers d’artisans/créateurs français de vendre leurs créations 100% faites à la main. Le site propose ainsi aux acheteurs de trouver des millions de produits Made in Région en quelques clics.

A little Market, c’est surtout une communauté de créateurs passionnés et impliqués au quotidien dans la vie du site, proposant des créations dans plusieurs catégories : prêt-à-porter, bijoux, accessoires, déco et art (homme, femme, enfant, bébé).

Leur mission

Construire une économie plus humaine en aidant les « petits » créateurs locaux à développer leur activité en les connectant à leurs clients.
  Leurs objectifs

Valoriser les savoir-faire – Défendre l’entrepreneuriat.

Enregistrer

Feuilles de ginkgo biloba

Ses feuilles constituent un beau motif décoratif !

 
motif décoratif feuille gingko biloba création originale sur toile collage et peinture acrylique papier journal par mimi vermicelle

La feuille de ginkgo biloba m’a beaucoup inspirée en peinture !

Voici le fruit de ma créativité !

Avec le goût pour le collage de papier journal et l’usage de la peinture à l’huile ou acrylique selon les toiles !

motif décoratif feuille gingko biloba création originale sur toile collage et peinture acrylique par mimi vermicelleC’est un thème sur lequel mes élèves ont déjà travaillé !
 
Le Ginkgo biloba est un arbre originaire de Chine, et qui a des origines très anciennes.Il est très rustique.
 
Sa longévité  est exceptionnelle : dans son milieu naturel d’origine, il peut vivre 4000 ans. Il est extraordinairement résistant : pollution (il est ainsi très utilisé en ville), maladies, parasites, rien ne l’inquiète ; un Gingko biloba a d’ailleurs survécu à la bombe atomique d’Hiroshima, alors que toute autre forme de vie alentour avait été détruite.
 
Le nom d’« arbre aux mille écus » est aussi expliqué par l’aspect de ses feuilles qui deviennent jaunes dorées à l’automne et forment comme un tapis d’or à ses pieds.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

aquarelle, les différents styles

 L’aquarelle se prête facilement à différents styles.

Facilement transportable, et riche d’effets potentiels, j’aime l’emmener en vacances ou en week end, pour des petits croquis d’architecture par exemple…

Quand j’ai un peu plus de temps, je me penche sur une nature morte ou un bouquet de fleurs…

Les enfants peuvent aussi pratiquer l’aquarelle de manière ludique, comme ci-dessus:

 effets sur l’humide avec du gros sel…

 
 

 

Fleurs de tournesol sur papier Moulin du coq  

 

Enregistrer

De belles feuilles de ginkgo biloba en peinture

Créations automnales sur toile : feuilles de ginkgo biloba en motif décoratif !

motif décoratif feuille gingko biloba création originale sur toile collage et peinture acrylique papier journal par mimi vermicelle
Couleurs d’automne, huile sur toile et collage de papier journal

La feuille de ginkgo biloba m’a beaucoup inspirée en peinture ! J’aime beaucoup sa forme, et comme la nature m’inspire beaucoup…

En automne, elle devient d’un jaune éclatant !

Voici le fruit de ma créativité !

Avec le goût pour le collage de papier journal et l’usage de la peinture à l’huile ou acrylique selon les toiles !

 

motif décoratif feuille gingko biloba création originale sur toile collage et peinture acrylique par mimi vermicelle
Feuilles de ginkgo biloba, huile sur toile

Les effets foncés  autour des feuilles ont été réalisés à la peinture à l’huile plus ou moins diluée au white spirit (pour obtenir le degré de transparence recherché) au brun VanDyck

création peinture moderne sur toile feuilles arbre par peintre severine peugniez atelier cours dessin savenay
Souffle dans les feuilles et vent d’automne acrylique et collage de papier journal sur toile

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Fresque Wallace et Gromit

Décor en peinture sur une porte de chambre d’après le dessin animé « wallace et Gromit« 

 Film d’animation créé par les studios Aardman
réalisation sur commande de fresque murale chambre motif à choisir tarif voir mimi vermicelle

Poussez la porte et entrez dans l’univers de Wallace et Gromit !

J’ai réalisé cette fresque à la peinture acrylique sur la porte d’une chambre d’enfant, un grand  garçon, fan du film d’animation avec les célèbres personnages en pâte à modeler !

fresque murale à commander à l'artiste mimi vermicelle tout motif dessin animé disney wallace et gromit tarif raisonnable par mimi vermicelle

L’évolution du papier du XIXème à nos jours

Afficher l'image d'origine
Louis Nicolas Robert

C’est incontestablement au XIXème que la fabrication du papier s’industrialise avec l’invention de la première machine à papier en continu de Louis Nicolas Robert (1761- 1828). L’alimentation en pâte est alors faite en continu et le papier sort en bobine. Afficher l'image d'origineEn moins de vingt-cinq ans, l’ingénieur Bryan Donkin perfectionne « sa » machine (pas moins de 40 modèles différents). Vers 1825, les papetiers s’équipent en Europe et aux États-Unis : la machine est copiée, imitée.

Vers 1850 apparaît la première machine à fabriquer le carton multicouches. À la même époque, on dénombre plus de 300 machines en Angleterre, près de 250 en France et presque autant en Allemagne. Chacun de ces engins, quoique très étroit et très lent comparé aux machines modernes, était capable d’assurer la production de dix cuves traditionnelles desservies à la main.

La première machine à onduler française est installée en 1888 dans le Limousin. La marine à voile, grosse utilisatrice de chanvre (cordages et voiles) est remplacée progressivement par la marine à vapeur. La production de chanvre ralentit et celui-ci devient rare et cher.

Des difficultés d’approvisionnement en chiffon se font sentir et l’industrie cherche de nouvelles matières premières.

Le bois commence progressivement à remplacer le chanvre.

L’Allemand Friedrich Gottlob Keller dépose un brevet en 1844 sur la fabrication de pâte de bois, obtenue à l’aide d’une meule.

La deuxième moitié du XIXe siècle est marquée par le recours à la chimie.

Afficher l'image d'origine
Anselme Payen

Les travaux du Français Anselme Payen montrent que dans toute matière végétale existe une substance blanche et fibreuse, la cellulose, et qu’il est possible de la récupérer par des réactions chimiques. Ces découvertes permettent d’obtenir des fibres de meilleure qualité et donc d’augmenter les vitesses de production.

En 1937, aux États-Unis, le Marihuana Tax Act, une taxe pour lutter contre la production de drogue à partir du cannabis, sonne le glas du chanvre en papeterie. Il ne sera alors plus utilisé que pour les billets et le papier à cigarette. Les États-Unis deviendront rapidement le premier producteur de papier, majoritairement forestier, et le sont encore de nos jours, largement devant la Chine, le second (80,8 contre 37,9 millions de tonnes). L’industrialisation lourde est alors lancée. En 1908, la plus grosse machine a une laize (largeur) de 4,30 mètres et roule à 165 m/min. En 1910 la vitesse de 200 m/min est franchie. En 1935, la plus grosse machine fait 8,15 m de laize et tourne à 425 m/min. Le cap des 1 000 m/min est franchi en 1958. En 2000, la vitesse de 1 800 m/min est atteinte pour la fabrication du papier journal. Actuellement, les machines font jusqu’à 10 mètres de laize et tournent à près de 2 000 m/min.

XXIe siècle

Au début du XXIe siècle, les problèmes écologiques, liés à la déforestation, à des problèmes quantitatifs et qualitatifs de gestion de l’eau et à la raréfaction de nombreuses ressources, poussent au retour au-devant de la scène des méthodes de recyclage ainsi qu’au retour progressif de la production de plantes à fibres à pousse rapide et écologique comme le chanvre ou le lin.

Afficher l'image d'origine

Source du papier : le bois des forêts

Le papier des livres était fabriqué traditionnellement à partir de bois de trituration issu de feuillus et de résineux. Ce bois pouvait provenir de coupes d’éclaircies faites dans la forêt, ou de déchets de scierie.

Mais la quantité de fibres produites n’est actuellement plus suffisante pour répondre à la demande croissante de papier et des forêts primaires sont détruites au Brésil, en Chine, en Indonésie pour être remplacées par des plantations d’eucalyptus, une essence à croissance rapide, fournissant un papier de qualité pour l’édition. Avec elles, ce sont de nombreuses espèces végétales et animales qui disparaissent : l’orang outang, l’éléphant, le rhinocéros et le tigre de Sumatra en Asie du Sud-Est…

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

La petite histoire du papier, suite

  4/ Fabrication de la pâte à papier :
– Récupération de coton, lin et chanvre sous forme de chiffons (dès le XIVème siècle, on porte du linge de corps). La cellulose a été filée, tissée, portée, usée, reportée, relavée et donc assouplie.

– Le chiffon est lavé, trié, nettoyé de ses impuretés au pourrissoir ou des enzymes gloutons le débarrasseront de sa crasse.

– Le chiffon est ensuite broyé, mouillé par des maillets armés d’une mâchoire d’acier ; puis broyage affiné par des maillets de bois. Le tout environ pendant 36 heures ; on ajoute la colle
lors des 12 dernières heures, dès la fin du XVIIème siècle.
 

– La mécanique des piles à maillets est entraînée par la roue à aube.

Afficher l'image d'origine
Maillets frappant les chiffons
La pâte est mélangée à l’eau tiédie de la cuve, brassée à l’aide du redable. Elle sera recueillie par l’ouvreur, et déposé
par le coucheur sur un feutre de laine…

 

Cuve à papier
« La forme » (tamis) est un outil utilisé à la cuve par les compagnons
papetiers, l’ouvreur et le coucheur qui surveille ce monde de compagnons en l’absence du maître –papetier parti chercher des clients à Lyon, à Paris, à la cours : le contremaître autrefois appelé gouverneur *
Le filigrane (marque de papetier) est un fil de laiton cousu sur le tamis, qui retire un manque d’épaisseur à la pâte et se retrouve par transparence au trait, en clair.
Fabrication du papier avec du bois: prochain article

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer